Giro d’Italia 2008 – Licata Vini

Le Giro d’Italia de Licata Vini est LE rendez-vous incontournable de l’amateur de vins italiens, et devrait l’être aussi pour tout amateur de vin tout court…

Au programme, plus de 250 vins, venant de toute l’Italie. Impossible de goûter tout, les papilles n’y résisteraient pas, mais j’en ai quand même goûté 76, ce qui n’est tout de même pas rien 😛 .

Plutôt qu’un compte rendu long et monotone, je vais résumer en trois catégories : les découvertes, les classiques, les coups de coeur et le coup de gueule.

Je ne mettrai auun lien direct vers les vins, vous les trouverez sans peine en faisant une recherche sur leur nom sur le site de Licata.

Les découvertes

Pieropan, un viticulteur de Soave, en Vénétie. Spécialiste des blancs, son Rocca 2006- fait en 100% garganegra – est une vraie slendeur. Il vinifie également un rouge, Ruberpan 2004, sur la même base que les amarone (corvina, rondinella, molinara), mais en fermentation basse température, ce qui donne un vin surprenant, sur le fruit, tres stylé et fort peu tannique. Enfin, signalons son Recioto di Soave, en liquoreux, qui est plus qu’intéressant.

Les vins pétillants de Franciacorta – région de Bergame – produits par Ronco Calino. Le brut millésimé 2003 est impressionnant, et vaut les meilleurs champagnes, n’en déplaise à certains, pour un prix nettement inférieur. Toujours bon à savoir quand les fêtes de fins d’année approchent!

Un Nero d’Avola Sicilen de Calatrasi. Un vin jeune, 2006, mais très stylé et fin, tout le contraire de beaucoup de Nero d’Avola, ensoleillés, alcoolisés, boisés et proprement agressifs. Ici, on est vraiment dans un vin qui exprime le caractère épicé, et le cépage, plutôt que le soleil et la barrique. Bravo!

Les classiques

Impossible de lister ici les nombreux vins dégustés et toujours aussi séduisants d’une année à l’autre. Je commencerai d’abord par les vins de Basilicata de la Cantine del Notaio. Leur entrée de Gamme, l’Atto 2006 est très aromatique, typiquement le style de vin que j’adore. Pour suivre, l’Aglianico delVulture ‘Il Repertorio’ – toujours en 2006 – est tout simplement superbe! Enfin l’Aglianico del Vulture ‘La Firma’ – un 2004 – est encore fort tannique, et se fera apprécier d’ici 3-4 ans. Notez au passage que ce producteur travaille en biodynamie.

Ensuite, deux producteurs, et ça a été très dur de n’en retenir que deux, de ma région favorite, le Piémont. D’abord, Monsieur Elio Altare, un véritable magicien du vin qui vinifie des Dolcetto, des Barbera, et surtout des Barolo – le 2004 – d’une classe tout à fait unique. Des vins de rêve, qui procurent du plaisir jeunes (c’est sufisamment rare en Barolo que pour le noter!) qu’après des années d’attentes récompensée par un vin grandiose.

Mon second choix s’est porté sur Aldo Conterno, qui nous donne depuis longtemps de grands grands Barolo de garde. On pouvait déguster son Langhe Rosso 2005, vin encore jeune, mais déjà stylé et tellement typé Nebbiolo. Un vin idéal pour ceux qui désirent approcher le Barolo je dirais. Ensuite, son Barbera 2005 – facile d’accès, souple, plaisant; et enfin, son Barolo 2004, qui demande encore du temps, mais qui est plus que prometteur dans cette grande année en Piémont.

Les coups de coeur

Les vins blancs du domaine Panizzi, des Vernaccia di San Geminiano. Les trois vins proposés étaient tous excellents, mais le coeur me porte vers le Vernaccia di San Geminiano Santa Magherita 2007. Sec, fruité et d’une longueur surprenante. Un régal, à un prix très accessible…

Un dernier coup de coeur concernant Domenico Clerico, qui produit des Barolos de très très longue garde. Pour avoir récemment ouvert un de ses 1986, pure merveille, on se réjouit de pouvoir déguster les deux présentés, le Barolo Pajana 2003 et le Barolo Ciabot Mentin Ginestra 2004 d’ici quelques années…

Le coup de gueule

La seule chose que je regrette, c’est l’inflation des prix… D’année en année, les prix partent à la hausse, et pour certains vins, ça devient vraiment too much. On nous dira que c’est le prix de la qualité, que les USA et le Japon achètent en masse (et souvent les yeux fermés!), mais le résultat c’est que certains de ces grand vins seront bus par des iconoclastes patentés ou sacrifiés sur l’autel de la spéculation. Et ça, ca m’emmerde, pour le dire platement!

Je garde tout de même un excellent souvenir de cette édition 2008, et vais sans doute passer une petite commande un de ces quatre…

Publicités

2 Responses to Giro d’Italia 2008 – Licata Vini

  1. Fabian dit :

    Encore un très beau résumé… je confirme, j’y étais 🙂
    Merci à toi de m’emmener chaque année découvrir ou redécouvrir ces vins incroyables.
    Même si les papilles sont saturées après tout ça, c’est un vrai régal.
    Quant aux prix, à part certaines « petites découvertes » bien sympas, les grands vins deviennent un luxe pas accessible à toutes les bourses.
    Il est sûr que nous attendrons avec impatience la prochaine édition… mais d’ici-là, on aura ouvert quelques bonnes bouteilles ensembles 😉
    Amitiés.
    Fabian.

  2. JF dit :

    On commence quand??? (à ouvrir les bouteilles) 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :