Axel Miller dans RAQ…

20 novembre 2008

raq-the-day-after

Chose promise, chose due, voici quelques réflexions suite au passage d’Axel Miller dans l’émission Répondez à la question, hier soir.

Tout d’abord, on soulignera son courage, là où les banquiers avides de s’épancher dans les médias se font aussi rares que la truffe blanche dans le Piémont…

Ensuite, Axel Miller était posé, constructif et visiblement bien préparé, ça n’étonnera pas grand monde. Il a abordé les sujets essentiels, c’est à dire la crise financière, la gestion des banques, et surtout, comment une gouvernance peut-elle nous aider à repartir d’un meilleur pied.

La crise financière

Il l’a expliquée simplement, et a souligné le détail que beaucoup omettent – surtout les politiques!!! – le monde est un village. Si vous lisez ces lignes avec une expérience des affaires, vous pouffez de rire; mais le constat est affligeant, la Belgo-belgitude est un fait indiscutable.

De là, il est donc vrai que les péripéties de Dexia et Fortis tiennent de l’erreur d’approximation dans un contexte global, mais cela n’excuse en rien les attitudes, commentaires et décisions parfois hautement critiquables des gouvernements Belges, Français et – dans une moindre mesure – Hollandais.

La gestion des banques

Par ailleurs, il insiste sur le métier de base des banquiers et le fait que Dexia n’a jamais vendu un produit que son patron ne comprenait pas, et là je dis : Faux! Vendu, non; utilisé, oui, 100x oui! Vous noterez au passage qu’aucun journaliste n’a relevé le mot, mais la différence entre un produit financier vendu à un client lambda et un produit financier utlisé par une banque est énorme.

En effet, la salle de marché, véritable usine à argent de la banque, spécule allègrement utilisant – quasi – tous les produits (dangereux, foireux, ou pas), mais ceux-ci ne sont de fait pas vendu à des clients, le profit étant dans ce cas pour la banque. Mensonge? L’affaire Kerviel, ça vous dit quelque chose??

Enfin, sur les questions de différences de traitement entre Fortis et Dexia, il n’a pas convaincu. A la question:  » le fait que les communes soient actionnaires de Dexia a-t-il joué en sa faveur? « , il a – fort justement – répondu que l’augmentation de capital s’est faite de manière classique, en appelant les actionnaires existants à supporter l’effort. Techniquement 100% correct.

Mais aucun des quatre journalistes présents n’a fait le lien entre le fait que les actionnaires de références de Dexia sont justement les communes, donc que pour éviter la révolution dans les rues, on allait forcément cracher au bassinet!

La gouvernance

C’est bien évidemment le sujet clé. Le plus délicat, le plus difficile, le plus explosif, mais surtout le plus nécessaire!

Le monde a changé, malheureusement, il repose toujours sur des structures archaïques : les Etats. À l’heure où les capitaux circulent librement – et rapidement – d’un bout à l’autre de la planète, autorisant investissements (mais aussi désinvestissements) à la vitesse de l’éclair, une structure de contrôle, et les lois attenantes à l’échelle autre que mondiale n’est qu’un coup d’épée dans l’eau.

Et c’est là que l’on mesure tout le populisme de nos politiques dans leur ensemble. De grandes déclarations fracassantes, oui, une action conjugée, là on attend toujours!

Pourtant, il existe – depuis 40 ans – deux institutions qui peuvent servir de fondations à cette nouvelle gouvernance : la Banque Mondiale et le FMI. Mais il leur faut juste une toute toute petite chose : le pouvoir de le faire. Messieurs les politiciens pseudo-leaders : au boulot!

Quelques commentaires sur l’émission…

Si Francois de Brigode a été quasi parfait dans son rôle de modérateur, impertinent juste ce qu’il faut, les trois journalistes m’ont fait plus pitié qu’envie. Là où fort justement l’invité lui-même recentrait le débat sur les choses essentielles, ils se sont fourvoyés de questions idiotes en remarques quasi-imbéciles.

Des exemples?    [ndlr : liste NON limitative…]

  • Avez-vous retrouvé du travail? Chez Fortis? Là, dehors!! Par contre excellente réponse d’Axel Miller.
  • Pourquoi les dirigeants de  Fortis ne parlent pas plus? Idiot. Avec le nombre de procès en cours, ce serait du suicide!
  • Vous trouvez le salaire des patrons trop élevés? Euh, là, on s’en fout hein. C’est pas le débat, et quand on a la responsabilité de milliers de familles, pas de vie privée, on peut avoir des compensations, non? Et celui qui pose la question est – tenez-vous bien – le journaliste économique de la RTBF. Navrant.
  • C’est vraiment Sarkozy qui vous a évincé? Allô, vous lisez les journaux???
  • Votre successeur est un type bien, non? Non, ils ont donné sa chance à un chômeur, et à un retraité pour la présidence du CA. [là c’est vrai pour le coup 😉 !]
  • Doit-on retirer l’argent des banques? Là, on touche le fond… Oui, retire le ton argent, si tu te poses la question, tu ne le mérite pas de toute façon. Donne le à Mateusz, il pourra lancer son propre – vrai – journal, ça fera un heureux.

C’est à se demander pourquoi la RTBF souhaitait un débat « vendeur » [alors que c’est un service public] plutôt qu’un débat de fond, ce que l’invité s’est évertué à faire, et heureusement qu’il était là, ce qui est un comble!

On se posera également la question de la préparation du débat, car si on n’imagine pas faire appel à des consultants extérieurs sur le plateau pour remplacer les journalistes [quoique…], on imagine aisément l’intérêt de faire appel à des experts pour préparer ses questions et bosser le dossier. Au vu du résultat, ça n’a manifestement pas du être le cas…

Publicités

La mort des symboles…

17 novembre 2008

Suite de mes posts New-Yorkais… La mort des symboles. Sur le montage photo ci-dessous, on voit ces marques, ces entreprises autrefois symboles de force, prospérité, sérieux, solidité, rigueur, fiabilité, prédictibilité, bref des entreprises faisant figure d’institutions.

Et pourtant, l’Histoire ne nous a-t-elle pas déjà tout appris depuis longtemps? Ovide écrivait déjà en l’an 1 « Daedalus interea Creten longumque perosus« , le premier vers de Dédale et Icare où Icare s’écrase en flammes après avoir voulu s’approcher trop près du Soleil.

Ou encore Jean de La Fontaine, qui contait la grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le bœuf; ou enfin ne dit-on pas que les arbres ne poussent pas jusqu’au ciel…

Mais malgré ça, l’Homme s’est encore cru plus fort que tout, plus fort que la raison, plus fort que le rationnel, et une fois de plus s’est réveillé nu et bête, face à lui même…

Résultat, aujourd’hui, ces symboles sont synonymes de ruine, de mensonge, de jeu, de tromperie, d’abus, de spéculation déplacée, d’échec, j’en passe et des meilleures…

On ne peut même pas espérer que cela serve de leçon, juste de garde fou, pour quelques années seulement. C’est toujours ça de pris…

De la gloire à la débâcle en quelques semaines...

De la gloire à la débâcle en quelques semaines...


Elio vote a droite!!!

12 novembre 2008

S’il fallait encore une preuve de la méconaissance de la politique américaine, la voici! Notre Elio national qui encourage Obama. Il n’a manifestement pas lu le programme économique, car s’il le proposait en Belgique, il serait quasi à droite du MR… Ceci dit, ça laisserait la place a Michel Daerden au niveau du PS 😀 .

Si Jules Destrée voit ça de l’au-delà, il doit se retourner dans sa tombe…

-)

Il est pas sexy notre Elio national??? 🙂

via Le blog de Mateusz Kukulka


Live from NY – Le Google Phone en action…

25 octobre 2008

Profitant de mon voyage à New-York, je pousse la porte d’une boutique T-Mobile pour pouvoir tester en vrai le fameux HTC G1, mieux connu sous le nom de Google phone.

Accueil par une vendeuse bien entendu très au courant du produit et qui me le propose en main de suite.

Surprise [je n’avais pas bossé la datasheet], il est plus lourd que l’iPhone. Ensuite, le plastique est vraiment banal, limite bas de gamme… Je n’aime déjà pas celui des BlackBerry, mais celui-ci est encore pire. On n’a pas vraiment une impression de solidité en l’ayant en main, dommage.

La connectique est classique, mais on regrettera l’absence d’une entrée casque/oreillette standard en 3,5mm afin de pouvoir profiter des nombreux écouteurs en ventes pour l’iPhone, entre autres. Vraiment regrettable.

Le navigateur

Le navigateur

Poursuivons… Il faut avouer que l’OS est sympa, bien fait et facile d’utilisation, couplant le touch screen avec la trackball façon BlackBerry.

Intuitivement, on trouve tout ce que l’on veut et l’on utilise le clavier – tout aussi agréable à l’utilisation – aisément. Les contacts, appels entrants et sortants sont clairs, etc…

La navigation est agréable [clin d’oeil à Cédric et à Belgique Mobile 😉 ], en attendant le portage prochain de Chrome sur Android.

L’accent est de suite mis sur son prix beaucoup plus avantageux que celui de l’iPhone, sur le fait que les applications sont gratuites (ndlr : pour combien de temps??), et que vu que l’OS est libre, the sky is the limit… La vendeuse y met du coeur, mais je reste sceptique quand même…

Le lecteur de code barre en action!

Le lecteur de code barre en action!

Dernière ‘réclame’, une demo du logiciel qui permet de scanner un code barre et de retrouver les caracteristiques du produit via Google. Bluffant certes, mais sincèrement, je n’avais pas conscience du manque dans ma vie jusqu’à ce jour 😛 .

Côté utilisation professionnelle, c’est là que le bât blesse. Gmail, c’est super, mais quand ont sait qu’Outlook et MS Exchange ont un bon 70% du marché, eh bien ça n’aide pas vraiment de suite [mon collègue qui se voyait déjà repartir du magasin avec le G1 en lieu et place de son Blackberry a du déchanter].

La vendeuse nous promet l’arrivée d’un logiciel ad-hoc pour très bientôt, mais bon un tiens valant mieux que deux tu l’auras pas 😀 , ça ne nous paraît pas très convaincant non plus…

En conclusion, je trouve l’OS à la hauteur, mais suis déçu du téléphone en lui-même. On ne le sent pas bien fini, pas très pro et il reste des manques évident en termes d’application, comme une fonction push-mail.

On a vraiment l’impression qu’il fallait lancer le produit vite fait bien fait, rapidement (et avant Noël!), et cela se ressent dans la finition et la qualité… Bref, mieux vaut attendre la génération suivante, avec un téléphone digne de ce nom, et des applications un peu plus « pro ».

PS : désolé de la mauvaise qualité des photos, mais je n’avais que mon iPhone sous la main…


Présidentielles US : le moment de vérité…

19 octobre 2008

Au vu de l’ampleur de la crise financière, que l’on peut sans démagogie requalifier de crise industrielle mondiale, l’élection présidentielle à venir nous concerne plus que jamais.

En résumé, on a le choix entre de nouveau 4 ans d’Etats Unis à coté de la plaque au niveau socio-économique, et faisant la guerre à tout qui veut bien ne pas l’entendre de cette oreille et un espoir de stabilisation et de renouveau.

Je ne suis pas un admirateur béat de Barrack Obama, mais l’analyse froide me pousse vers ses supporters, simplement…

D’abord, les propositions de McCain sont toutes sauf convaincantes. Il nous dit en gros : j’ai de l’expérience, mais l’économie, je m’en tape en peu.

Pas de bol, pour le moment, on en a plus que besoin, et après 8 longues années du nain aux grandes oreilles, il est temps, grand temps1 [ Tiens, parenthèse, celui-là, il sait que le monde est en crise? Quand il n’y a pas de discours sur la guerre contre X ou Y, on le sent peu concerné et étrangement absent! ]

Ensuite, si l’on regarde le bilan de l’ère W, c’est édifiant, dans le mauvais sens du terme…Les graphiques ci-dessous [désolé pour la qualite, scannés du Trends et bien qu’abonné, on n’a pas accès au Trends en PDF, comprenne qui pourra! 😦 ]

La dette publique US - un désastre!

La dette publique US - un désastre!

La dette publique américaine, que l’excellent travail de l’équipe Clinton avait remis sous contrôle, a explosé, faisant des USA une quasi république bananière de fait.

On note en 8ème position des créanciers la petite Belgique, eh oui…

De plus, quand on sait que W a dépensé 850 milliards de dollars depuis 2001 pour sa guerre, soit un rondelet 333 millions de dollars par jour, l’américain moyen est en droit de s’interroger, ce qu’il fait somme toute fort peu… Ici, pour moins que ça, on brûle des pneus rond-point Schumann!

Continuons la revue par les déficits des budgets américains, là où de nouveau l’équipe Clinton a redressé la barre par rapport a Bush père (tiens, tiens, l’histoire ne nous apprends rien 🙂 ); le même W a réussi à dépasser les trous creusés par son père… Dans une famille de pétroliers, ça doit être bien vu sans doute. Et de se dire qu’au vu du père et du fils, on a peur de voir venir la génération suivante!!!

Là où ça reste surprenant, ces qu’au vu de ces faits, on pourrait se dire l’élection jouée d’avance – mais

Abyss, vous connaissez?

Abyss, vous connaissez?

même pas – ou encore que l’équipe McCain a pris soin de concocter un programme top nickel sur le plan socio-économique, histoire de bien marquer sa différence et sa capacité à redresser la situation.

Et là, rien, mais de chez de rien du tout. Schluss, schnolle, niks, nada, niente…

C’est quoi les USA vision 2010 selon McCain?

3 points :

– Wall Street, ils sont vilains, je les hais, je vais les mater

– Joe le plombier est mon ami, je vais l’aider a bosser dur

– On va forer en Alaska pour trouver du pétrole

Là bravo!!! Malgré une campagne qui coûte des millions en dollars, il est incapable de s’adjoindre un conseiller économique digne de ce nom. Là on est en plein vaudeville, mais le vaudeville a commencé lors de l’élection du petit aux grandes oreilles, il faut bien se l’avouer.

De l’autre côté, on sent Obama mieux préparé sur ces sujets, avec un plan qui reste réaliste, coûteux mais abordable tout de même, et bien entouré. Quand on voit le poids des Etats-Unis dans l’économie mondiale, le choix semble évident.

En résumé, et ça coûte de le dire, le sort économique du monde est entre les mains de l’électeur moyen américain, et ça, ça fait vraiment peur! Croisons les doigts ce 4 novembre…


MobileMe et Time Machine – 2 flops d’Apple!

18 octobre 2008

Le titre en surprendra plus d’un, mais on a beau avoir un a priori plus que positif pour les produits Apple, on n’en reste pas moins un utilisateur critique.

J’avais précédemment posté concernant mes déboires avec MobileMe, et à ce jour, on ne peut pas dire que ça s’arrange… Tout d’abord, le support Apple s’est poliment confondu en excuses diverses et variées, c’est poli, c’est gentil mais ça ne résout pas mon problème 😛 . Ensuite, j’ai reçu – comme des milliers d’utilisateurs frustrés – une extension gratuite de 60 jours de mon abonnement. Idem, sympa, mais mon souci est toujours là.

Maintenant, et suite à mon insistance, je m’entends dire que si j’utlise outlook, ça devrait marcher, sauf si j’utilise Outlook avec un serveur Exchange. Là, la coupe est pleine!! On se moque de qui???

Exchange a environ 70% du marché mondial en serveur email, et tout de go, Apple déclare ne pas le supporter. C’est purement et simplement de la publicité mensongère sur le site d’Apple où sont vantés les mérites de MobileMe.

Je l’ai bien évidemment fait remarquer au support – toujours très poli par ailleurs – on verra ce qu’ils en disent! Il semble en tout cas évident que le renouvellement de mon abonnement MobileMe est loin d’être acquis…

Pour ne rien arranger dans mes déboires avec Apple, j’ai entretemps acquis un joli NAS, le Synology DS207+, dont je suis très content; mais quelle ne fut pas ma surprise de voir que Time Machine ne fonctionne pas avec un sotckage réseau. Ben alors, quel est le but???

Je veux bien comprendre qu’Apple veuille pousser Time Capsule en avant; mais avec le fait que Time Capsule soit limité à 1To, cela revient à dire que tout utilisateur de parc d’Apple – par exemple une PME – se voit refuser les bienfaits de Time Machine sur son NAS… Affligeant!!!

Pour cette dernière coquille, espérons qu’Apple rectifie le tir, il suffirait d’une mise à jour du logiciel, mais en attendant, si vous avez un bon logiciel de backup sous OSX à recommander, je suis preneur!


L’Etat Belge, fossoyeur de Fortis?

17 octobre 2008
Que reste-t-il de Fortis aujourd'hui??

Que reste-t-il de Fortis aujourd'hui?

Il suffit que je parte 10 jours pour qu’on en profite pour faire n’importe quoi! Au delà de ce trait d’humour, on est en droit de se demander où l’Etat Belge avait la tête lors de la revente de Fortis vite fait bien fait à BNP Paribas, qui doit encore s’en frotter les mains.

Etape 1 : l’Etat vole au secours de Fortis, conjointement avec les Etats Néerlandais et Luxembourgeois. Tout le monde applaudit, les actionnaires et les épargnants respirent…

Grands seigneurs, nos gouvernants nous répètent qu’il faut raison garder (ça me rappelle Chirac aux Guignols tiens! 🙂 ), ne pas céder à la panique, etc…

De fait, je me dis que pour l’Etat, ce pourrait être l’occasion d’empocher une plus-value d’ici 2-3 ans, lorsque la banque serait remise a flots, dont pourrait bénéficier le budget et donc in fine, le citoyen. Raisonnement trop simple naïf!

Etape 2 : en dépit du bons sens, et en totale opposition avec leurs divers appels au calme, voilà notre Premier et son acolyte des Finances qui revendent le bébé illico presto à BNP Paribas. Bien sûr, on garde le lange bien rempli dans le holding, histoire de conclure la vente facilement.

Là, c’est fort de chez fort, ou plutôt con de chez ducon!!! Surtout que dans les 3 jours qui suivirent, l’Union Européenne a débloquer plus de 1500 milliards d’€ pour sauver les banques.

Quand on peut lire ici et là qu’au travers de cette crise, Yves Leterme a vraiment revêtu son habit de Premier Ministre, je le requalifierais plutôt de Premier Sinistre!

Incrompréhensible, tout bonnement… Pourquoi vendre dans l’urgence, au rabais, alors que les dangers de faillites étaient écartés… C’est à n’y rien comprendre.

De même, le gouvernement joue l’étonné, voire l’effaré, suite aux différentes actions judiciaires rapidement intentées. Quoi de plus logique pour des actionnaires qui ont vu leur capital divisé par 5 en deux semaines, sans vraie justification.

Si Votron and co avaient sérieusement mis à mal l’institution Fortis, Leterme, Reynders and co l’ont tout simplement enterrée!

Dans ce dossier, il reste juste à espérer que la justice fasse toute la lumière sur le pourquoi du comment… Malheureusement, ca ne nous rendra ni le Congo, ni probablement Fortis…

Votre opinion?