Public Farm 1

21 novembre 2008

J’ai eu l’occasion de visiter le MoMA, que je recommande à tous, et mon étage préféré reste celui de l’architecture, j’y reviendrai par ailleurs… Lors de ma visite, il y avait une exposition temporaire, qui présentait quelques projets novateurs, dont le gagnant, Public Farm 1.

11_planting_v2L’idée du projet est génialement simple : se remettre à cultiver plantes, fruits et légumes en milieu urbain, et ce afin d’offrir non seulement des produits frais, mais aussi de rentre une touche plus naturelle à l’ensemble. Le tout, avec une bonne dose d’écologie, c’est-à-dire une construction durable, en matériaux recyclés, etc…

La vidéo ci-dessous donne la parole aux auteurs du projet, qui l’expliquent – en anglais – tellement mieux que moi 🙂 .

À y réfléchir, l’idée n’est certainement pas idiote. D’abord, elle permet d’humaniser un peu les grands centres urbain, d’offrir à leurs habitants quelques fruits et légumes frais [si vous ne voyez aucune différence de goût, je vous propose de tester par exemple un oignon du supermarché, un d’un maraicher et un d’un potager, CQFD], mais aussi de permettre une éducation et une sensibilisation par l’exemple à la culture biodynamique.

L’aspect éducatif est d’autant plus intéressant qu’il est bigrement nécessaire. Deux exemples : ma filleule qui vit en ville s’est retrouvée pour le moins étonnée lorsque que je lui ai proposé de m’aider à arracher patates et oignons au jardin.

Second exemple, lors d’une réception, cette bonne dame bien BCBG devant moi s’horrifie lorsqu’on lui sert du jambon fraichement découpé; je cite : « Mais ça sent!?!?! ». Ah oui ma bonne dame, le vrai jambon a une vraie odeur – agréable – au contraire du préemballé…

Ensuite, face à l’argument qui serait de dire que culture en ville rimerait avec pollution des aliments, il faut rappeler que – loin devant l’industrie – le plus gros pollueur mondial reste l’agriculture [toujours intensive bien sûr] et que des chercheurs Danois ont démontré un impact négatif sur la santé de la population rurale cette exposition permanente aux engrais chimiques et autres…

Enfin, le retour du « vert » en ville est une des tendances fortes de la (des) décennie(s) à venir. Peu surprenant au vu de la sensibilisation croissante aux problèmes environnementaux et énergétiques…

Je terminerai par une seconde vidéo qui montre la construction en accéléré [La qualité Youtube est médiocre, mais une vidéo Quicktime de bonne qualité est disponible ici]; ainsi que quelques dessins du projet, mis en perspective avec le résultat final.

Avant, après...

Avant, après...


Ils sont décidément partout…

19 novembre 2008

Quand ils ne traversent pas l’Europe en caravane, ils envahissent les Etats-Unis avec leur nourriture! 😀

Pour une surprise, c’est une surprise, moi qui assimile la gastronomie néérlandaise aux maatjes (beurk!), au yoghurt et au space cake, je me réjouis d’y aller faire un tour en Janvier lors de mon retour sur place…

img_2088

La gastronomie néérlandaise... en voilà une découverte!

PS : Ok, il y a les moules frites, mais on les cuisine tellement mieux qu’eux! 😉


La mort des symboles…

17 novembre 2008

Suite de mes posts New-Yorkais… La mort des symboles. Sur le montage photo ci-dessous, on voit ces marques, ces entreprises autrefois symboles de force, prospérité, sérieux, solidité, rigueur, fiabilité, prédictibilité, bref des entreprises faisant figure d’institutions.

Et pourtant, l’Histoire ne nous a-t-elle pas déjà tout appris depuis longtemps? Ovide écrivait déjà en l’an 1 « Daedalus interea Creten longumque perosus« , le premier vers de Dédale et Icare où Icare s’écrase en flammes après avoir voulu s’approcher trop près du Soleil.

Ou encore Jean de La Fontaine, qui contait la grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le bœuf; ou enfin ne dit-on pas que les arbres ne poussent pas jusqu’au ciel…

Mais malgré ça, l’Homme s’est encore cru plus fort que tout, plus fort que la raison, plus fort que le rationnel, et une fois de plus s’est réveillé nu et bête, face à lui même…

Résultat, aujourd’hui, ces symboles sont synonymes de ruine, de mensonge, de jeu, de tromperie, d’abus, de spéculation déplacée, d’échec, j’en passe et des meilleures…

On ne peut même pas espérer que cela serve de leçon, juste de garde fou, pour quelques années seulement. C’est toujours ça de pris…

De la gloire à la débâcle en quelques semaines...

De la gloire à la débâcle en quelques semaines...


Belgium is still alive!!!

17 novembre 2008

Vu au Rockefeller center… La drapeau Belge flotte en bonne place! Bizarrement, n’en déplaise à certains, aucun trace du drapeau made in Vlaanderen (ni made in Wallonie d’ailleurs 😉 ).

Ca devrait faire réfléchir les indépendantistes de tous bords sur le poids relatif d’une Flandre ou d’une Wallonie indépendante… La Belgique fait partie du référentiel commun, ses régions de la taille d’une crotte de mouche constipée sur une mappemonde, non!

img_2111


Vous avez dit récession?

15 novembre 2008

Voici le premier post d’une série réalisée lors de mon voyage à New-York, il y a déjà presque un mois…

Une des nombreuses affiches du genre...

Une des nombreuses affiches du genre...

D’abord un constat, la crise, ou la récession, frappe fort. Cette photo n’est qu’un exemple pris au hasard, mais ce genre d’affiches se voit partout dans Manhattan, y compris dans les avenues prestigieuses, type 5è, Park Avenue, etc…

Guère étonnant, le dollar remontant, le shopping trip a New-York devient moins avantageux, et en en discutant avec eux, nombre de commerçants n’avaient pas trop senti la crise jusque là.

On note également un grand nombre de surfaces de bureau à louer ou à reprendre, autre signe marquant de la crise. Pour le seul secteur financier, on estime à 75.000 la première vague de licenciements.

La crise un problème? Non, une opportunité...

La crise un problème? Non, une opportunité...

Dès lors, c’est une crise immobilière qui se profile à l’horizon, avec un nombre important de familles qui ne pourront plus s’offrir le logement urbain qu’ils occupaient jusqu’il y a peu. Si vous avez quelque économies à investir, l’achat immobilier aux Etats-Unis est vraiment devenu attractif en ce moment… votre prix sera sans doute le leur!

D’autre part, voici une seconde photo qui prouve que les périodes de crise sont également des opportunités, à l’image de ce clin d’oeil. Malgré les coups durs, le rêve américain n’est pas mort, et ce n’est pas le discours de Barack Obama qui le démentira. Sans nul doute un état d’esprit dont nous devrions nous inspirer dans notre vieille Wallonie, où le fatalisme est beaucoup trop présent…

La suite très bientôt, au fur et à mesure que je retravaille les photos 🙂


Restaurant Hearth – 403 12th St @ 1st Avenue

22 octobre 2008

La soirée avait bien commencé… Un ami me rejoins au bar du Plaza – le bar à champagne, ce que j’ignorais avant de m’y asseoir – et nous passons commande. Je suis tenté par un Franciacorta, tout heureux de la dégustation Licata de dimanche, mais pas de bol, il est en rupture.

Du coup, foutu pour foutu, je me rabats sur un verre de Henriot, cuvée des Enchanteleur, millésimé 1995. Un champagne parfait, grandiose, avec une bulle très fine et agréable… Une pure merveille!

S’en suit le restaurant Hearth, que mon ami connaissait, où l’on peut manger en cuisine, ce que nous avons évidemment fait! L’accueil est très sympa, et une fois installés près des fourneaux, nous constatons que la brigade y est organisée à la francaise, nous offrant un fort joli ballet.

Je passerai le détail des menus, que l’on trouve sur le site web, pour mettre en avant le fait que la cuisine y est moderne, d’inspiration italienne et de saison… Champignons, choux de Bruxelles, potirons, minestrone, papardelles noires à la queue de boeuf, antipasti à la moelle, etc…

Le tout, accompagné d’un grand vin de Loire, un Jasnière 2005 du domaine de Bellivière, issu d’une carte des vins par ailleurs remarquable! Voir des vins de Loire, ça fait toujours plaisir, c’est assez rare – hélas – dans un restaurant, mais le Bellivière, là, chapeau!

J’ai terminé par un cidre de glace [de pomme] canadien, très liquoreux, avec un équilibre parfait entre acidité et liqueur, une vraie découverte. Son nom? Neige

Bref, un endroit à recommander chaudment, j’y retournerai en janvier, c’est certain!!

Quelques vues du restaurant...

Quelques vues du restaurant...


Start spreading the news…

21 octobre 2008

… I am leaving today, I want to be a part of it – new york, new york…

Tout le monde aura reconnu la chanson. Dans le cas contraire, brisez la glace, euh, non, stooop!!! Pour ceux qui n’ont pas fracassé leur écran, cliquez la vidéo ci-dessous 😀 .

Voilà, mon voyage a New-York, reporté, débute aujourd’hui [en fait, là je suis dans l’avion, merci WordPress et ses posts publiables dans le futur 🙂 ]… Une semaine chargée au niveau du planning, mais j’espère avoir le temps de re-re-revisiter un peu et de blogger depuis New-York. Sans compter la traditionelle shopping list, évoquée ici il y a peu 🙂 .